La toile de Jouy, "première bande dessinée de l'histoire"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etoffe de coton sur laquelle sont représentés des personnages, des décors et des paysages, en 140 cm de large.

 

Elle tire son origine des indiennes, belles cotonnades peintes ou imprimées de fleurs et d'animaux aux couleurs éclatantes importées d'Asie à la fin du XVIIème siècle grâce aux grandes compagnies de navigation.

 

Celles-ci rencontrent un vif succès, c'est pourquoi sous la pression des drapiers normands et des soyeux lyonnais, Louis XIV décrète l’interdiction d’importation de fabrication dans tout le pays. Au milieu du XVIIIème siècle, avec la levée de cette interdiction, de nombreux étrangers, devenus seuls possesseurs du savoir-faire en la matière, s’installent en France.

Parmi eux, Oberkampf, graveur et imprimeur du Wurtemberg, fonde une manufacture à Jouy-en-Josas, dans les Yvelines. L'emplacement est choisi en raison de la présence de la Bièvre, affluent de la Seine,  dont les eaux ont la propriété de fixer les teintures et qui permet le lavage des toiles au cours de la production, ainsi que sa proximité avec Paris et Versailles.

 

La technique originelle consistait à appliquer sur les toiles de coton des planches en bois gravées (elles seront remplacées ensuite par des plaques de cuivre) et enduites de teinture.  

 

Pour illustrer ses tissus, Oberkampf fait appel à des artistes de renom comme Jean Baptiste Huet, grand peintre animalier et peintre du Roi, pour créer les traditionnels motifs de la toile de Jouy.

 

Véritables œuvres d’art, les dessins dépeignent des scènes de genre, d’inspiration mythologique ou pastorale, empreintes de légèreté et de fraîcheur qui mettent en images des fleurs, des animaux ou des personnages qui chassent, déjeunent ou s’encanaillent dans des décors pittoresques. Une partie de l’Histoire de France est dépeinte sur ces étoffes.

 

Les toiles de Jouy sont traditionnellement illustrées de motifs monochromes qui reprennent les couleurs du bistre (bruns, gris…) ou de la garance (rouge, rose, violet), imprimés sur un fond écru ou blanc. Toutefois, certaines toiles ont un imprimé inversé, en négatif, avec un fond en couleur et un motif écru ou gris. Désormais, elles arborent différents coloris plus audacieux et contemporains, comme le vert ou le jaune.

 

Plus uniquement cantonnés à l’ameublement, ces motifs se retrouvent aujourd'hui sur différents objets décoratifs : assiettes, coussins, luminaires, parures de lit…